Les jeunes filles de la commune Lacs 1 ont passé lundi une journée exceptionnelle à Aného, une ville togolaise, frontalière du Bénin. Elles ont eu à écouter le parcours de deux jeunes dames, Solim LAKASSA, une conductrice d’engin lourd et Geneviève TOBIAS, une opératrice centrale à béton, toutes deux employées à EBOMAF, une entreprise routière. Candide LEGUEDE, une cheffe d’entreprise, était aussi de la partie.

Cette rencontre inédite placée sous le thème : ‘les jeunes filles et les métiers d’avenir’, est organisée dans le cadre de la journée internationale de la jeune fille célébrée chaque 11 octobre. Notons que cette journée est à sa 9ième édition et particulièrement pour la commémoration de cette année, la Commune des Lacs 1 a eu l’appui de l’entreprise de BTP au-dessus citée. L’objectif, c’est de faire découvrir à ces jeunes filles de cette ville du Togo, qu’elles n’ont de limite que dans la tête, qu’elles peuvent exercer tous travaux qu’exercent les hommes.

« Je fais déjà 10 ans à Ebomaf. Au début, ce n’était pas facile. Je rêvais de travailler avec des hommes et voilà. Ebomaf est venu au Togo, je suis allée et on m’a recrutée. Ils m’ont formée, et je suis toujours avec eux », a déclaré à ses sœurs la conductrice d’engin lourd. Avec son titre, elle dit avoir déjà fait ses preuves dans 4 pays de la sous-région ouest africaine, notamment le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso et le Togo.

« J’ai aimé les filles que j’ai rencontrées. J’espère qu’elles ont piqué quelque chose d’utile dans ce que je leur ai dit parce qu’il y a toujours des femmes qui disent que seuls les hommes peuvent faire ci ou ça, oubliant que nous aussi, nous pouvons faire beaucoup de choses quand il y a le courage et la confiance en soi. Il suffit de décider, de persévérer et on peut y arriver », a-t-elle lancé. Pour l’organisateur de cette rencontre, Me Alexis AQUEREBURU, il n’y a pas de limite pour une ascension.

« Le monde est binaire et à ce titre, c’est ensemble qu’on doit construire l’avenir de notre pays. C’est pour leur ouvrir tous les sens du possible que j’ai fait venir Mme LEGUEDE et le groupe Ebomaf, un leader du BTP et qui a une politique du genre exceptionnel pour leur montrer que c’est possible. Mes sœurs de la Commune doivent oser, avoir de l’audace et la confiance en elles-mêmes et la détermination.

Pour le Maire de la Commune des Lacs 1, c’est tout le sens de cette journée internationale de la jeune fille, une journée, dira-t-il d’éveil de conscience pour montrer que les jeunes filles ont leur rôle à jouer dans la construction de la Commune.

ultricies sem, leo libero Praesent felis Retour haut de page