La Mairie d’Aného a marqué vendredi la Journée Mondiale de l’Alimentation. La Mairie de Me Alexis AQUEREBURU a organisé à l’endroit des maraîchers et agriculteurs d’Aného (ville située à 50 km à l’est de Lomé) un séminaire sur l’utilisation des engrais naturels en lieu et place des engrais chimiques. Des engrais naturels fabriqués grâce aux produits issus de plus de 240 toilettes ECOSAN financées par le Département des Yvelines.

Pour le Maire de cette Commune, aucun développement n’est possible si la population n’est pas en bonne santé et ne mange pas des aliments sains à partir des cultures sans engrais chimique.

Selon les informations données par le Secrétaire Général de la Mairie, Nenyo AKAKPO, la Commune des Lacs 1 s’inscrit dans une nouvelle dynamique de transition agro-écologique.

« En vue d’atteindre les objectifs de développement durable pour lutter contre la faim, les services techniques de la Mairie ont déployé leur talent pour fabriquer des sous-produits ECOSAN, c’est-à-dire les fèces et l’urine hygiénisée puis du compost issu des déchets solides, des fertilisants naturels pour amender le sol afin d’améliorer le rendement des maraîchers et des agriculteurs », a-t-il déclaré.

 

Aného Lacs1 Vue partielle des participants à l’atelier

 

Cette journée à laquelle ont pris part des représentants de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), a donc été spécialement voulue par la Commune pour porter une attention particulière à l’alimentation et à l’agriculture dans la Commune en invitant les premiers acteurs et les acteurs institutionnels que sont les représentants de la FAO et du PNUD afin de parler de l’utilité des intrants naturels dans l’agriculture.

Au sortir de ce séminaire, des participants n’ont pas caché leur joie. « Je suis très satisfait de cette journée. Au cours du séminaire, on nous a appris à produire écologique et préserver en même temps l’environnement. J’ai fait une expérimentation des produits fabriqués par les techniciens de la Commune des Lacs 1 sur une petite parcelle. Je trouve que c’est très intéressant. Dans les jours à venir, nous allons faire l’utilisation avec beaucoup de quantité », a déclaré un exploitant agricole à Zalivé.

 Selon lui, entre deux maux, il faut toujours choisir le moindre. « La différence est claire entre les engrais naturels bio et ceux qui nous tuent, le choix est vite fait. Je demande à mes amis les maraîchers et producteurs de s’intéresser à l’utilisation de ce que fait la Mairie », a-t-il ajouté.

Les maraîchers et agriculteurs ayant pris part à cette formation, ont souhaité que les engrais fabriqués par la Mairie soient développés en grande quantité dans les jours à venir. Ce qui sera fait, a-t-on promis.

Dans le sillage du thème retenu par la FAO pour la célébration de cette journée, qui est ‘cultiver, nourrir, préserver ensemble’, la Commue des Lacs 1 a retenu comme sous-thème : ‘l’utilisation des intrants naturels pour une agriculture durable dans la Commune’.

Aného Lacs1 Photo de famille des participants à l’atelier

Un thème fascinant, selon Tchayé NANDJA. Le coordonnateur du projet de résilience de la population de la zone côtière du Togo face aux changements climatiques à la FAO a aussi déclaré son amour à l’organisation de l’événement.

« Cet événement est une grande importance parce que nous sommes confrontés dans l’agriculture togolaise à l’utilisation des engrais chimiques qui sont très néfastes à la santé des populations. Promouvoir les fertilisants naturels comme le fait la Commune des Lacs 1 est une très bonne chose pour le bien-être des populations », a-t-il souligné.

Pour la FAO, a-t-il poursuivi, il est temps qu’on agisse pour changer des comportements, dépasser les blocages, amener de la nourriture à ceux qui n’en ont pas, amener de la bonne nourriture à ceux qui en ont déjà, et pour travailler ensemble pour innover.

A la fin du séminaire, le lieu où les engrais naturels sont produits par la Mairie a été visité par les participants à l’atelier.

diam dictum commodo Phasellus ut odio vel, neque. Retour haut de page